Après avoir râté mon savon à l'avocat (tiré du blog Potions et Chaudrons), remanié à ma sauce et pas en bien je l'avoue, (c'était sans comprendre le rôle des huiles en insaponifiables), j'ai voulu en faire une nouvelle version personnelle.

L'arrivée des fruits et légumes de saison me donne envie de fabriquer de nouveaux savons plus naturels. Autant se servir de ce que la nature nous donne.

Ce savon est à base d'huile de coco (pour la mousse), d'huile d'olive et d'huile d'avocat, de purée d'avocat et de crème fraîche.

Stimulant, nourrissant, hydratant, ce savon à l'avocat frais et à l'huile d'avocat est parfait pour les peaux sèches et déshydratées ainsi que pour les peaux de bébé et des jeunes enfants.

L'huile d'avocat apporte vitamine A, B, C, D, E, H, K, PP. Elle agit contre le vieillissement . Sa teneur en insaponifiable tonifie, assouplit et restructure l'épiderme. Protectrice, elle répare les peaux sèches et très sèches.

Avocat

L'avocat :   

Noms scientifiques : Persea americana Miller, Laurus persea L., Persea gratissima Gaert

Famille  : Lauraceae

Un peu d'histoire (et de culture, ça fait pas de mal tant qu'à faire) :

L'avocatier est un arbuste fructifère originaire d'Amérique tropicale, arbre sacré des Mayas et des Astèques. Il ests découvert par les navigateurs aux premières heures de la conquête de l'Amérique (1519). Son nom provient d' "ahuacatl" , nom que les Espagnols transforment en ahuacate pis en aguacate et avocado et les portugais en abacate. Il est connu en Europe dès 1601. Il est aujourd'hui cultivé dans toutes les régions tropicales et subtropicales du monde : Afrique, Amérique ( Mexique, Pérou, Brésil,Colombie, Caraïbes) et sur le pourtour de la Méditerranée (Israël).

Description :

C'est un arbre de 12 à 20 m de haut, à feuilles persistantes (qui ne perd pas ses feuilles à la période hivernale) simples, ovales et brillantes. Il produit des baies charnues piriformes contenant une graine de 4 à 5 cm de long. Selon les espèces, sa couleur varie de brun violacé à vert, son poids peut aller de 250g à 1 kg (15 à 20 cm de longueur, 7 à 15 cm de diamètre). Il existe aussi un avocat miniature sans noyau appelé avocat cornichon ou avocat cocktail.

Parties utilisées :

Bourgeon, feuille, fruit, graine. Les feuilles sont aromatiques. En Europe c'est la pulpe qui est employée.

Principaux constituants :

La pulpe du fruit contient environ 70% d'eau et des lipides (16 à 25 %), donnant par extraction une huile visqueuse de couleur (vert-jaune), d'odeur fruitée. La composition de l'huile d'avocat varie selon les variétés : acide oléique (42 à 63%), acide linoléique (9 à 16%). Cette huile contient aussi les fameux insaponifiables (jusqu'à 1,6%), substances aux vertus régénérantes et anti-radiculaires, utilisées en cosmétique (stérols).

Usage cosmétique :

La pulpe constitue un remarquable soin naturel protecteur, nutritif et anti-âge (masque). L'huile sert de base active à des compositions destinées aux soins esthétiques ou au massage sportif. Elle est réputée pour stimuler la croissance des cheveux.

Source : www.naturemania.com/produits/avocat.html

Je me suis souvent demandée le pourquoi de la crème fraîche dans les savons à l'avocat et comme je n'aime pas ne pas comprendre ce que je fais, j'ai effectué une recherche (qui m'en a amené à une autre, un peu de patience les explications arrivent...) sur internet.

Du lait à la crème :

Crue, pasteurisée ou stérilisée, épaisse ou liquide, la crème se présente aujourd'hui sous des formes variées. Elle remonte naturellement à la surface du lait, mais l'écrémage par centrifugation en accélère la séparation. Epaisse ou fluide en fonction des bactéries utilisées et du temps de maturation, la crème leur doit aussi ses arômes et goûts variés.

La crème est pasteurisée puis ensemencée par des bactéries avec des bactéries lactiques spécifiques. Les lactococcus lactifs, Lactococcus diactylatis et Lactococcus cremosis sont les trois principaux artisants de la maturation.  Ils épaississent la crème et produisent les arômes qui lui donnent sa saveur. En transformant en acide lactique le lactose présent dans la crème , les bactéries lactiques acidifient  le milieu et provoquent ainsi la gélification des caséines, protéines du lait. Cette gélification épaissit la crème. Après le traitement thermique, la crème stérilisée UHT n'est pas ré-ensemencée : elle ne contient plus aucune bactérie vivante et reste liquide.

Source : http://www.espace-sciences.org/science/20315-les-autres-rubriques/10066-dossiers-thematiques/10067-le-lait-la-vie/11681-du-lait-a-la-creme/index.html

En résumé, retenez que la crème fraîche contient de l'acide lactique (=acidifiant) et vous comprendrez mieux la suite.

Le ph et son importance dans l'utilisation des savons :

Qu'est ce que le ph ? 

Le degré d'acidité ou d'alcalinité d'une substance se mesure en pH (potentiel Hydrogène).Tout le monde connaît la sensation, le goût "piquant", de l'acidité, et celui âcre et fade des produits alcalins.

L'échelle de mesure va de 0 (totalement acide) à 14 (totalement basique). A 7 le pH est neutre.

Le ph de notre corps :

Tout milieu, quel qu'il soit, se situe quelque part sur une échelle acidité / alcalinité, et les tissus de notre organisme n'échappent pas à cette règle. L'équilibre acido-basique est une notion fondamentale qui fait partie de l'hygiène de vie quotidienne. Notre corps, programmé pour vivre dans un parfait équilibre, ne tolère que de petits écarts en amont ou en aval de cet équilibre, et tout écart important peut provoquer de graves troubles de la santé. Les extrêmes limites du pH de notre organisme sont comprises entre 5 et 9.

........

Le pH de la peau est acide et se situe entre 5.2 est 7.0. Le pH caractérise le type de peau . Une peau normale a un pH d'environ 6,5 ; une peau sèche a un pH acide inférieur à 6,5 ; une peau grasse a un pH supérieur à 6,5. La peau humaine a un pH relativement acide. Le savon est basique. Son pH est autour de 9. Lors de la toilette, il perturbe donc l'acidité de l'épiderme.

Théoriquement, il apparaît logique de croire qu'une telle substance soit irritante pour la peau. Et pourtant nous utilisons tous régulièrement le savon! (pas vrai les savonnières ???? )

En effet après savonnage, les glandes sébacées reprennent une activité normale en quelques minutes et le pH initial de la peau est rétabli.

Le nettoyage de la peau et le film hydrolipidique :

La peau a besoin d'être parfaitement nettoyée, afin d'en éliminer toutes les souillures. En effet, la couche cornée qui est en voie de desquamation permanente, le sébum, la sueur, constituent des déchets cutanés qui ternissent le teint s'ils ne sont pas régulièrement éliminés. Il convient d'y rajouter le maquillage, les poussières et bactéries accumulées tout au long de la journée dont il faut débarrasser l'épiderme. Lors de la toilette, le savon comme tout type de tensio-actif dissout la graisse constituant le film hydrolipidique qui recouvre la peau. La graisse est entraînée dans l'eau avec les saletés qu'elle contient. L'inconvénient est que le film hydrolipidique sert à protéger la peau et à retenir son eau. Le savonnage - ou tout lavage à l'aide de produits comportant des tensio-actifs, par exemple les gels pour la douche ou les lessives - fragilise donc la peau, jusqu'à ce que le film hydrolipidique se reconstitue.

Source : http://www.savons.org/pH_savon.shtml

Ainsi vous aurez compris qu'un savon basique de ph 9 verra son ph diminué en lui ajoutant de l'acide lactique, contenu dans la crème fraîche notamment, le yaourt, le lactate de sodium et donc tendra vers un savon acide (ph <7), proche du ph de la peau.

Vous savez maintenant ce qu'il vous reste à faire...

Après la théorie, la pratique :

Composition :

  • huile d'olive

  • huile de coco

  • huile d'avocat

  • mélange eau/lait de chèvre (50/50)

  • surgras à la base : 8%

Ajouts à  la trace légère : (passez du mixer à la cuillère ou au fouet manuel, la saponification continuant)

  • purée d'avocat froide

  • crème fraîche épaisse froide

  • colorant naturel (j'ai eu un doute pas rapport à la couleur initiale qui était déjà bien verte mais madame la soude nous joue bien souvent des tours, donc j'ai ajouté ce que j'avais prévu au départ)
  • teinture de benjoin (fixatif de parfum)
  • HE : note de tête : orange douce - note de coeur : bois de rose - note de fond : cèdre de l'Himalaya - patchouli

Mixer une dernière fois pour mélanger les ajouts et bien les  répartir, (pas comme moi qui ai oublié de le faire ) et mettre en moule.

Ne pas couvrir sous peine de volcan sauf d'un film transparent pour éviter la cendre de soude.

Et voilà un savon 100 % naturel, pour les peaux sèches, les peaux des bébés et jeunes enfants.

savons_avocatsavons_avocats_emball_s

Savons l'avocat du diable

Je m'éclate dans les étiquettes : j'en ai fait plein pour les fraises mais je ne sais toujours pas écrire en arc de cercle, pffff.

La découpe n'est pas droite. J'ai découpé au bout de 30 h environ. J'aurais dû attendre 48 h pour qu'il soit plus dur. Je n'ai que deux savons, étant arrivée au bout de ma réserve d'huile d'avocat.

Je voulais vous indiquer le ph mais un petit malin a cru bon inonder le pourtour des vasques de la salle de bain sur lequel j'avais posé le rouleau de papier ph : le rouleau a été tout inondé et donc il est complètement foutu, grrrrrrrrr.....

La couleur est d'un beau vert comme la chair de l'avocat quant à l'odeur, elle s'est affinée au fil du temps. Au début ça sentait surtout l'orange et maintenant ça sent délicatement l'anis. (selon mon mari, qui lui, pense au pastis).

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais j'avais pensé créer une catégorie "savons naturels" et garder la catégorie "la saga de mes savons" pour les autres savons. Votre avis ?

PS : comment faites vous pour couper droit ? (je crois que je vais sacrifier ma deuxième boîte à vin)

Edit du 22/06/08 : je crée une rubrique "les savons naturels"