Il y a quelque temps, je vous parlais de ma cueillette de coquelicots. Les conseils suivants vous permettront de récolter et sécher des plantes et fleurs en toute tranquillité car ignorer les règles de récolte, de séchage, de préparation et de conservation, c'est prendre le risque de détériorer les plantes et d'en supprimer les propriétés thérapeutiques.

La récolte :

Récoltées au moment qui convient, les plantes médicinales sont généralement séchées avant l'emploi. Cette opération requiert énormément de soin car c'est d'elle que dépend en majorité la préservation des composés chimiques de la plante et, par la même, de ses propriétés thérapeutiques. On utilise soit la plante entière, soit le ou les parties de celle-ci où se trouvent concentrées les substances actives. Le moment de la récolte et la technique de séchage varient en fonction de la partie que l'on recherche. Les plantes ou parties de plantes séchées doivent être utilisées dans les 6 mois de leur dessication. Au bout d'un an, elles perdent leur arôme et une partie de leurs substances actives.

  • Les racines, rhizomes, tubercules et bulbes :

Leur récolte a lieu à l'automne, lorsque les substances de réserve sont emmagasinées pour l'hiver. Il importe de les déterrer avec précaution et de les secouer doucement afin d'en faire tomber la terre. Sans les éplucher ni les couper afin d'en conserver tous les composants actifs, il faut ensuite des entreposer dans un endroit chaud et sec, et veiller à les retourner quotidiennement.

  • Les sommités fleuries et les feuilles :

La cueillette des sommités a lieu au printemps, lorsque la plante est en pleine croissance, par temps sec et de préférence en fin de journée. Les feuilles seront recoltées à la même époque, mais après évaporation de l'humidité de la nuit. Pour les faire sécher, il suffit de les lier à la même époque et de les suspendre la tête en bas dans un endroit aéré, sec et chaud, à une températire de l'ordre de 20 à 30° C (un garage sera parfait).

  • Les fleurs :

Elles doivent être cueillies le matin, après évaporation de la rosée, mais avant le plein soleil, qui les déshydrate. Le séchage de fait à l'abri des rayons directs du soleil ou d'une source vive de chaleur artificielle. (là encore un garage, de préférence sans fenêtre sera parfait) sinon vous risquez de décolorer les fleurs.

s_chage_coquelicot

Ici, les pétales de coquelicot ont été étalés sur des tamis et sur mon grand panier de récolte (en fait il s'agit d'un panier pour ramasser les buches) et il ne faut pas que les pétales se touchent, sous peine de flétrissure et de moisissure. C'est très long et fastidieux. Admirez la jolie couleur car elle ne va pas rester telle quelle en séchant.

coquelicot_s_ch_

Pétales séchés au bout d'une semaine (ce qu'il en reste après usage)

  • Les graines et les pousses :

On les récolte avant le début de la floraison. La méthode est simple : on prélève les tiges entières et on les assemble en bouquets, que l'on suspend la tête en bas, enfermés dans un sac en papier pour que les graines tombent au fond du sac.

Que faire si vous ne possédez pas un jardin (ou la chance d'allez piquer chez vos parents ou grands-parents)? deux solutions s'offrent à vous :

Les plantes sauvages :

Des connaissances un peu approfondies en botanique permettront la cueillette dans la nature, à condition de respecter les règles ci-dessous.

Cueillir les plantes avec discernement : s'assurer avant toute chose que la plante convoitée n'est pas une espèce protégée. Seules les plantes saines, bien identifiées, dont on est sûr quelles sont comestibles et qui ne présentent pas de flétrissues peuvent être ramassées. En cas de doute, demander conseil au pharmacien.

En raison du risque de souillure humaine et animale, ne pas ramasser les plantes des bords de route ou de chemin. Le conseil est le même pour celles situées en bordure d'un champ : elles ont souvent été contaminées par des pulvérisations d'engrais chimiques ou de pesticides, ainsi que les pots d'échappement des voitures.

Ne récolter que la quantité à utiliser dans les 2 à 3 jours si les plantes doivent être consommées crues.

Eviter d'arracher les racines afin de favoriser la repousse (sauf bien sûr si les racines sont les parties recherchées).

Ne pas concerver la cueillette dans des récipients ou des sacs en plastique pendant plusieurs jours, elle pourrirait rapidement. Elle peut rester 1 à 2 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur.

Ne pas passer les plantes à l'eau pour les nettoyer si elles sont destinées à la cuisson ; éliminer simplement la terre, les débris divers et les parties jaunies.

Avant de les consommer crues, en revanche, il faut les laver, mais en évitant de les laisser tremper longtemps, car certaines substances solubles, dont les sucres, les sels minéraux et les vitamines, seraient perdues. Toutefois un trempage d'une dizaine de minutes dans de l'eau vinaigrée éliminera les petites "bêtes". Bien rincer ensuite.

Si vous n'avez ni la chance d'avoir votre propre jardin (ou celle d'un parent), si vous habitez en ville, il vous reste les herboristes pour faire vos propres macérats, extraits glycérinés et autres potions magiques.

Les informations ci-dessus sont extraites du livre "Santé référence - phytothérapie- la santé par les plantes.

phytoth_rapie_la_sant__par_les_plantes

Bonne récolte !

Et pour celles qui ont envie de savoir ce que j'ai fait de tous ces pétales de coquelicot, voici une recette de sirop de coquelicot. A réaliser avec des pétales frais (pour moi c'était trop tard, je les avais tous mis à sécher et j'ai dû aller de nouveau faire une récolte).

  • ingrédients : (pour 200 ml de sirop). Vous pouvez bien sûr en faire davantage, celà dépendra de votre récolte de coquelicots.

- 60 g de pétales de coquelicots frais

- 200 ml d'eau

- 100 g de sucre

  • Préparation :

Faire bouillir 200 ml d'eau. Retirer la casserole du feu, y plonger les pétales en remuant pour qu'ils soient tous mouillés. Ils vont ramollir. Laisser infuser 12 heures. Passer au chinois fin pour récupérer le jus. Ajouter le sucre et porter le tout à ébulittion. Laisser cuire à feu doux jusqu'à ce que le liquide atteigne la consistance d'un sirop. Mettre en bouteille et étiqueter. Conserver dans un endroit à l'abri de la lumière.

IMG_0345

Infusion de coquelicot avant cuisson

et regardez la belle couleur (attention vous allez vous casser le nez, hi hi). Je vois d'ici les savonnières qui se disent "Chic chic voilà une manière naturelle de colorer les savons". Je vous invite à me retrouver dans quelques jours pour un savon au coquelicot. (je sais je suis cruelle !!!).

Le sirop de coquelicot est un remède contre la toux sèches et les insomnies ou pour parfumer un dessert. Vous remarquerez que je ne donne pas volontairement des indications de posologie. Je ne voudrais être en aucun cas être responsable de maladresse, surdosage....Consulter un médecin phytothérapeute, un pharmacien ou herboriste si vous avez décidé de vous soigner par les plantes.

Autres utilisations des pétales :

Toux sèche, enrouement : Infusion de pétales dans une tasse d'eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes. Filtrer . 2 à 3 tasses par jour. Sucrer éventuellement avec du miel.

Insomnie légère : Idem ci-dessus. A boire au coucher.

Peaux sèches : pourquoi ne pas essayer un extrait glycériné ? je ne sais pas si les pétales coloreraient la glycérine. A vous d'essayer et me le dire.