Voici le baume fouetté Pluméria Dreams que j'ai réalisé à l'occasion du troc avec Nansou  cet été. (Je n'ai pas encore fini d'écrire tous les articles : j'ai un mal fou à réquisitionner l'ordinateur car plus les enfants grandissent, plus ils squattent l'ordi et quand je l'ai enfin (mon mari s'y met aussi de la partie), bien souvent je suis trop fatiguée pour écrire ou l'inspiration ne vient pas).

Me voilà enfin seule devant mon écran à me demander comment je vais attaquer. L'inspiration de ce baume vient du baume corporel des îles-Passion et frangipanier vanillé de chez Az. J'ai gardé le concept et choisi les beurres et les huiles à ma disposition et suivant l'humeur du jour.

J'ai d'abord voulu faire un beurre d'amande (bien que j'ai encore un peu de celui acheté chez Gisellamanske l'année dernière) selon la méthode décrite par Michèle sur Potions chaudron et donnée par Copaïba sur le forum Aromat. J'avais crôooooo envie de tester cette méthode et pas envie d'attendre la fin de mes beurres achetés pour la tester.

Mon premier beurre, suivant cette méthode, a été fait cet été avec du  beurre d'abricot que j'avais confectionné avec 50 % d'huile d'abricot, 50 % d'un mélange d'alcool cétylique et d'acide stéarique. J'étais partie sur une répartition de 50 % d'alcool cétylique et 50 % d'acide stéarique mais comme Michèle, je trouvais la texture trop cassante et je me souviens (souvenir de mes lectures sur un site d'un fournisseur dont le nom m'échappe) que l'alcool cétéarylique est composé d'une répartion 30/70. Je teste donc un mélange 50 % d'huile végétale, 50 % d'alcool cétéarylique maison (30 % d'alcool cétylique, 70% d'acide stéarique) et là, je "tiens" mon beurre. Il est crémeux, onctueux.

Je teste donc cette méthode et cette répartition sur mon beurre d'amande.

beurre_d_amande

Le beurre d'amande se situe en haut sur la photo, à l'endroit où est écrit "beurre d'amande, les autres photos étant inexploitables.

La recette du baume fouetté Pluméria Dreams :

  • beurre de karité : 45 %

  • beurre de cacao : 10 %

  • beurre d'amande "maison" : 8,9 %

  • huile de fruits de la passion (choisie initialement pour ses propriétés et son exotisme) mais je n'ai pas assez de sous, à l'époque, pour passer ma petite commande chez OASN. Je la remplace donc pas de l'huile de papaye en ma possession (plus adaptée aux peaux grasses mais toute aussi exotique) : 10 %

  • huile de pépins de raisins : 10 %

  • huile d'olive : 10 %

  • huile de coco bio : 5 %

  • vitamine E : 0,2 %

  • absolu de frangipanier : 0,9 %. La mienne vient de Fresholi et est absolument divine.(je pense qu'on pourrait en mettre moins, mais il me fallait un complément à 100%)

Mode opératoire :

1 Faire fondre les beurres au bain-marie ainsi que la vitamine E. Retirez du feu.

2 Rajouter les huiles liquides et l'huile de coco. Fouetter au fouet électrique quelques minutes.

3 Mettre au congélateur. Retirer du congélateur lorsque les bords commencent à blanchir.

4 Fouetter à nouveau. Remettre au congélateur, fouetter jusqu'à obtenir la consistance d'une chantilly. (ci-dessous la texture à obtenir)

baume_fouett_

5 Ajoutez l'absolu de frangipanier. Remuez délicatement à la spatule et mettre en pot.

J'attire votre attention sur le fait que le fouettage au fouet électrique augmente de beaucoup le volume. J'oublie ce point à chaque fois que je fais des baumes fouettés (bon en même temps, j'en fais pas des masses). Je compte donc dorénavant 60 % du volume du pot (que je m'empresse de noter dans mon fichier de recettes pour arrêter de me faire piéger).

Pendant que je mets en pot, mon joli aspect fouetté disparait pour devenir tout lisse, sniff.

baume_Plum_ria_Dreams_1

baume_Plum_ria_Dreams_2

  M'en fous, je suis vengée par une zolie étiquette et une odeur à tomber par terre, qui me donne l'impression d'être sous les tropiques...

(Je voulais mettre le nom du site où j'ai emprunté la photo mais je n'arrive pas à le retrouver. Si la personne se reconnait, je le mettrais volontiers.)

Au final, on obtient un produit qui pénètre rapidement mais qui a tendance à durcir au fil du temps. Il faudra donc voir à diminuer les pourcentages de beurre à l'avenir.