Après avoir fait le savon de l'Epiphanie il y a deux ans, j'ai eu l'envie de faire un nouveau savon. J'ai fait l'année dernière un savon Peau d'Ane au lait d'anesse. J'avais envie de tester le gras de boeuf comme l'a fait Michèle ici.

Oui mais un savon sans odeur, comme beaucoup de gens qui achètent des savons ou à qui l'on offre des savons fait maison, ça le fait pas (le premier réflexe étant de le sentir).

Dans mon jeu sur le savon de L'Epiphanie, Nansou et Vénézia avait suggéré la myrrhe, l'encens sous forme d'hydrolat, de résine... et l'or (mais je ne suis point riche au point de mettre de la poudre d'or). J'ai donc planché sur le sujet et le savon des Rois Mages s'est imposé de lui-même.

Dans l'évangile selon Saint Luc, Jésus est né dans une étable. On place généralement l'enfant Jésus au centre, encadré par Marie et Joseph. Ils sont accompagnés d'un âne, ayant transporté Marie enceinte et d'un bœuf qui, selon la tradition, aurait réchauffé le nouveau né de son souffle.

La tradition rapporte que trois Rois Mages venus d'Orient ont fait route jusqu'à Bethléem guidés par la lumière d’une étoile. Quand ils découvrent l'enfant Jésus dans l'étable, ils s'agenouillent devant lui en signe de respect et lui offrent de l'or, de la myrrhe et de l'encens.

Trois cadeaux symboliques :

Selon une interprétation traditionnelle, les trois présents apportés par les Rois Mages symbolisent trois aspects de Jésus :
• l'or symbolise la royauté
• l'encens, utilisé pour le culte, symbolise la divinité du Christ
• la myrrhe, qui servait à embaumer les morts, rappelle qu’il est aussi véritablement homme et mortel.

L'Ane, le Boeuf, l'encens, la Myrrhe, l'Or ou le Savon des Rois Mages :

- Huile de coco :  86,9 g (27 %)

- Gras de boeuf : 64,4 g (20 %)

- Beurre de karité : 41,9 g (13 %)

- Macérat d'encens d'Oman et poudre de myrrhe dans huile d'olive : 96,6 g (30 %)

- Huile d'arachide : 32,2, g (10 %)

- Liquide de dissolution : lait d'anesse frais et congelé (38%)

Soude pour un savon surgras à 8 % (à recalculer)

L'encens d'Oman (5 g) a été pilé et mis à macérer dans 100 g dhuile d'olive avec de la poudre de myrrhe (5 g) : 12 h dans la yaoutière puis pendant 4 semaines à température ambiante de la cuisine, en touillant de temps à autre pour sniffer l'odeur. J'ai complété en huile d'olive pour avoir ma quantité de macérat après filtration.

J'ai limité l'huile d'olive et inséré de l'huile d'arachide pour avoir un savon plus clair qu'un savon à l'huile d'olive. (j'entends par là en complément des huiles et gras durs).

Température des huiles : 30 °

Température de la soude :28 °

Fouettage à la main pendant 13 minutes : pour introduire ma teinture d'encens si besoin est.

A l'origine de ma recette (écrite depuis des mois) était prévue de l'huile essentielle de myrrhe et d'encens pour venir en renfort du macérat si celui-ci n'avait pas été assez corsé.  Ayant été bien occupée par le travail, j'ai zappé de les commander.

Mon macérat, corsé à l'origine semble faiblir à l'assaut de la soude.

J'ai donc appelé à la rescousse ma teinture d'encens d'Oman dans hydrolat de rose (Fraisse et Quattrone) selon la mode Vénézienne. J'ai fait une réduction de la teinture (l'alcool accélérant la trace) le temps que la trace arrive : l'alcool chauffé flamble à tel point que je n'arrive plus à arrêter la flamme. La teinture a bien réduit.

J'ai attendu que la trace un peu épaisse arrive pour l'ajouter. Je m'attendais à fouetter plus d'une demi heure hors ma trace un peu épaisse est arrivée au bout de 13 minutes. Je touille au fouet pour mélanger ma réduction de teinture (ma mini casserole était tellement chaude quand j'ai raclé la réduction que ma palette maryse en plastique a commencé à fondre) et je moule dans mon moule Café de Savon (superbe pour vérifier si une phase de gel arrive ou non). Je ne voulais pas d'un décor lisse pour mouler sinon j'aurais fait une trace très légère. Visiblement ma trace n'est pas assez épaisse car à chaque zigouigoui que je fais, ceux-ci disparaissent. Je décide de manger et de surveiller l'évolution jusqu'à ce qu'enfin le décor tienne en place. Je filme avec mon papier transparent et j'attends patiemment 2-3 jours pour pouvoir démouler.

La température des huiles et de la soude a volontairement été basse car la chaleur accélère la saponification. Je m'étais dis que s'il fallait que j'utilise ma teinture, je ne voulais pas que ma pâte se fige avec l'ajout de l'alcool (visiblement celui-ci était bien évaporé).

Pour l'or, j'ai utilisé du colorant Crucible Khaki de chez TKB (un lieu de perdition). Les différentes expériences que j'ai pu lire introduisaient le mica au fond du moule, dans la pâte sans obtenir un résultat concluant. Sans grande expérience des micas (j'étais persuadée que j'avais acheté des micas), j'ai décidé d'utiliser un moule Café de Savon et de faire des zigouigouis afin que le colorant adhère mieux. Je décide d'attendre le démoulage après un passage au congélateur pour ne pas avoir de trace d'humidité et de saupoudrer le dessus.

IMG_2437_2

Le savon des Rois Mages

IMG_2445

Le savon des Rois Mages découpé (au coupe foie gras)

Après presque deux mois de séchage, l'odeur reste légère quoi que présente. Le savon mériterait un petit renfort en huile essentielle.

Je n'ai pas encore testé ce savon car j'en ai un en route donc je ne peux vous parler de la mousse et si le colorant déteint ou pas.